2 février et 7 mars : les salarié-es des associations se mobilisent !

Le 2 Février, à l’occasion de la Conférence salariale, les organisations syndicales CGT, FO, et SUD appelaient les salarié.e.s de la Branche Associative Sanitaire et Sociale (BASS) à se mobiliser partout en France afin d’exprimer massivement leurs exigences salariales et leurs revendications (conditions de travail, défense des droits,…). A Limoges un rassemblement s’est tenu devant le siège de l’ALSEA 87 suivie d’une rencontre avec 3 responsables Limousin de la nouvelle organisation employeurs NEXEM. Une première étape avant la mobilisation du 7 mars.

Les droits des salarié-es sont en danger

Les principales organisations d’employeurs des établissements privés à but non lucratif accueillant des personnes « inadaptées ou handicapées » viennent de se marier pour fonder NEXEM.

Cette alliance a pour but de dénoncer la convention collective du 15 Mars 1966 afin d’imposer aux salariés de ces établissements un recul sans précédent de leurs droits.

Encouragés par la loi travail (licenciements facilités, diminution de la rémunération des heures supplémentaires, remise en cause du temps de travail et de repos obligatoire,…) les employeurs veulent négocier et mettre en place une Convention Collective Unique au rabais qui, à terme, s’imposerait à l’ensemble des salariés de la Branche Associative Sanitaire et Sociale.

Pour preuve, les dirigeants de la Croix-Rouge se sont d’ores et déjà rapprochés de NEXEM, et ceux de l’hospitalisation privée (Fehap, convention collective du 31 octobre 1951) ne tarderont pas à faire de même.

Salaires gelés, ça ne peut plus durer !

Depuis de trop nombreuses années, les salaires sont gelés dans la plupart des conventions collectives ou n’augmentent que de façon extrêmement limitée.

C’est une véritable paupérisation des salariés avec plus de 26 % de perte de pouvoir d’achat sur 16 ans !

.Pourtant la Loi de Finances 2017 va octroyer 600 millions d’euros au secteur associatif, sous la forme d’un crédit d’impôts de taxes sur les salaires. Cet argent public doit être restitué intégralement aux salariés par une revalorisation des salaires et des créations d’emplois.

Conditions de travail dégradées : ça suffit !

Dans bon nombre d’associations les salariés se voient imposés des restructurations qui se traduisent par des suppressions de postes, des licenciements, une dégradation importante des conditions de travail,…

Il faut augmenter sans cesse l’activité des établissements sans aucun moyen supplémentaire ! Les salariés s’épuisent à essayer de défendre la qualité et le sens de leur travail contre la seule logique de la rentabilité.

Et pour atteindre leurs objectifs comptables les employeurs n’hésitent plus à recourir à un management par la pression et l’intimidation pour soumettre les salariés.

Le 7 mars poursuivons la mobilisation !

Le 7 mars sera un jour de colère et de grève dans la santé, l’action sociale et les EHPAD. A cette occasion les salariés des associations se mobiliseront pour stopper les restrictions budgétaires qui détruisent notre protection sociale et déshumanise notre travail.

Salariés de la santé, de l’action sociale et des maisons de retraite, tous en grève le 7 mars prochain pour retrouver notre dignité au travail et pouvoir exercer correctement nos missions auprès de toute la population.

RASSEMBLEMENT ET MANIFESTATION

À PARTIR DE 10H30

PARVIS DU CHU DE LIMOGES

 

Téléchargement

 

Crédit photographique : Merci à la Photothèque Rouge/MILO 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *