Salarié-es CCN 66 : Commission Paritaire de Négociation du 1er octobre 2015

réunion CNPN

La Commission Paritaire de Négociation (CNPN) des salarié-es et des employeurs relevant de la Convention Collective Nationale du Travail du 15 Mars 1966 (CCN66) s’est réunie le 1er Octobre 2015.

Le « dialogue social » et le paritarisme sans moyens

Lors de la séance les organisations employeurs SYNEAS / FEGAPEI ont présenté un projet portant sur le règlement intérieur et le statut des négociateurs de la Commission Nationale Paritaire de Négociation (CNPN). Ce document en l’état ne donne aucun moyen au dialogue social et au paritarisme, c’est pourquoi la CGT et l’ensemble des organisations syndicales le juge inacceptable et en recul par rapport à l’existant.

Ce point sera à nouveau examiné lors de la prochaine CNPN.

Politique salariale : Régime sec pour les salarié-es

Les employeurs annoncent qu’ils ne prévoient aucune revalorisation des salaires pour l’année à venir. Ils s’appuient sur les contraintes budgétaires imposées par l’insuffisante évolution de l’Objectif National des Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM) fixé à + 1,75 % de manière générale, et pour le secteur handicap à +1,90 %. Ainsi que sur le Glissement Vieillesse Technicité (GVT) qui devrait produire une revalorisation de + 0,90 %  de la masse salariale.

Le GVT est l’impact cumulé sur la masse salariale des promotions et mutations (glissement), des progressions des rémunérations à l’ancienneté (vieillissement) et de l’augmentation des qualifications (technicité).

Salaire : Il y a urgence !

La CGT dénonce la position des employeurs et rappel que :

  • les salarié-e-s ont connu plusieurs années de gel de la valeur du point et une augmentation symbolique en 2013,
  • les salarié-e-s continuent de subir une perte de pouvoir d’achat de 26 % sur 16 années.

Pour combler ce retard de salaire, la valeur du point devrait être de 4,79 euros. Pour que le salaire minimum conventionnel (indice 349) soit au moins au niveau du smic, il faudrait une valeur du point à 3,92 euros.

Une situation insupportable

L’ONDAM est encore une année en régression. La surdité du gouvernement devant les besoins et la reconnaissance des salarié-e-s de notre secteur est de plus en plus insupportable.

La fonte du pouvoir d’achat mais aussi la hausse du coût de la vie déprécie la qualité de vie des salarié-e-s. De plus en plus de salarié-e-s pauvres pour aider accompagner les personnes en difficulté en situation de faiblesse, 80 % des salarié-e-s sont des femmes dont beaucoup sont en situation de parent isolé et parfois à temps partiel avec un petit salaire. Quel jeune aujourd’hui va être attiré par notre secteur ? Cela pose la question de l’avenir du secteur social et médico-social.

Stop à l’austérité qui détruit nos vies

La CGT s’oppose à ces politiques d’austérité qui ont pour objet principal, la réduction du coût du travail et pour conséquence, d’empêcher la croissance et de provoquer une situation de récession dans notre pays.

Elle indique que ce sont ces mêmes logiques, privilégiant les actionnaires au détriment des salaires et des investissements, mises en œuvre depuis trente ans, qui nous ont précipités dans la crise.

C’est pourquoi la CGT demande qu’une négociation s’engage sur les salaires sur la base d’une prise en compte réelle des besoins des salariés et de leur famille.

Et cela ne peut se faire que par :

  • une revalorisation significative de leur rémunération par un rattrapage de la perte du pouvoir d’achat à la hauteur des besoins
  • la reconnaissance des métiers dans le glissement vieillesse technicité (GVT)
  • la résorption de la précarité et la revalorisation du SMIC conventionnel.

Casse de la CCN 66 : La fausse solution des employeurs

Les employeurs SYNEAS et FEGAPEI prétendent que leur projet de « nouvel environnement conventionnel » vise aussi à répondre à ces situations de paupérisation des salarié-es de nos secteurs mais…. à enveloppe constante ! Par une redistribution.

Santé des salarié-es, un plan d’action en cours d’élaboration

Suite à l’enquête sur les causes de la hausse des arrêts de travail et la décision de proposer un plan d’action. Le cabinet Technologia s’était engagé, le 16 juillet à envoyer des projets de fiches d’action avant le 5 septembre 2015. Ces fiches ont été communiquées aux membres du Comité de pilotage (COPIL) santé le 30 septembre ! Ce qui n’a pas permis au COPIL santé de travailler sur ces projets.

Prochaine commission le 4 Décembre

La prochaine Commission Nationale Paritaire de Négociation se tiendra le 4 décembre 2015, avec l’ordre du jour suivant :

  • Règlement intérieur et statuts des négociateurs,
  • Prévoyance choix des prestataires,
  • Complémentaire santé suite à la circulaire ACOSS (conditions d’ancienneté).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *